322. d’Avaux an Mazarin Münster 1647 Juni 10

15
[ 301 ] / 322 /–

16

d’Avaux an Mazarin


17
Münster 1647 Juni 10

18
Ausfertigung: AE , CP All. 84 fol. 65–65’ = Druckvorlage. Konzept: AE , CP All. 88 fol.
19
359–359’. Kopie: AE , CP All. 100 fol. 278–279.

20
Übereinstimmung d’Avaux’ mit den von Mazarin angeführten Gründen für den fehlenden
21
spanischen Willen zu baldigem Friedensschluß. Zu den nach Mazarin in Brüssel kursierenden
22
Inhalten königlicher Memoranden an die französischen Gesandten in Münster: wahrschein-
23
lich Verantwortung der Mediatoren hierfür; kein Fehlverhalten der Gesandten; entstellende
24
Darstellung durch die Spanier; Verdacht gegen Piccolomini unbegründet. Bitte um Anhören
25
Préfontaines.

26
Il n’y a rien à adjouster aux raisons que Vostre Eminence a touchées
27
pourquoy les Espagnols n’ont pas haste de conclurre la paix, et je suis
28
tout persuadé de ce qu’il luy a pleu me mander sur ce sujet.

29
Quant à la relation qui court à Bruxelles, elle est fondée sans doute sur ce
30
que nous dismes aux Médiateurs par ordre du Roy et dont je rendis
31
compte bien particulièrement à Vostre Eminence

36
Vgl. d’Avaux an Mazarin, Münster 1647 Mai 6; Ausf., mit eigh. PS: AE , CP All. 83 fol.
37
123–125; eigh. Konzept: AE , CP All. 88 fol. 226–227; Kopie: AE , CP All. 100 fol. 47–49:
38
Widerstand der Mediatoren und Spanier gegen die frz. Forderungen für Portugal.
, qui en est demeurée
32
satisfaitte. Que si depuis il est arrivé que les Espagnols |:ayent fait leur
33
proffit de quelque chose du contenu en icelle:|, cella est assés ordinaire
34
de part et d’autre, et il est malaisé que tout serve sans que rien puisse estre

[p. 1465] [scan. 645]


1
tourné par les ennemis en un sens contraire, veu mesme qu’il leur est loi-
2
sible d’en faire le récit comme il leur plaist. Tant y a qu’avant partir du
3
logis, nous leusmes exactement les mémoires des 23 et 26 avril

40
Gemeint sind sehr wahrscheinlich nr. 235 (vom 22. April 1647) und nr. 242.
pour exa-
4
miner ce qui seroit bon à dire et à taire. Et si nous nous sommes trompés
5
en ce choix, j’estime au moins que ce n’a pas esté à |:parler de la mésintel-
6
ligence d’entre leurs chefs:|, puisqu’outre que cella ne fust touché qu’en
7
passant et sans y fonder aucune espérance, la chose estoit desjà si connue
8
par toute l’assemblée qu’à peine en avions-nous ouvert la bouche que
9
monsieur Contareni dit que cella estoit vray et y ajousta beaucoup de
10
particularités, tellement que c’est bien |:à tort que Picolomini est suspect
11
de vous avoir donné un avis qui estoit en la bouche de tout le monde:|.

12
La despêche commune

41
Nr. 320.
ne me laisse rien à mander à Vostre Eminence,
13
sinon que je la supplie très humblement de vouloir entendre favorable-
14
ment le sieur de Préfontaine.

Dokumente