247. Memorandum Longuevilles und d’Avaux’ für Ludwig XIV Münster 1647 April 29

24

Memorandum Longuevilles und d’Avaux’ für Ludwig XIV.


25
Münster 1647 April 29

26
Ausfertigung: Ass.Nat. 277 fol. 440–455; Eingang laut Dorsal, fol. 455’: 1647 Mai 7 =
27
Druckvorlage. Duplikate: AE , CP All. 83 fol. 85–98 [für Mazarin]; AE , CP All. 99 fol.

[p. 1168] [scan. 348]


1
441–454 (für Servien; auf 1647 April 30 datiert). Druck: NS IV, 89–92; CDI 83, 231–241
2
(spanische Übersetzung).

3
Antwort auf nr.n 209 und 215: Prinzipielle Begrüßung der königlichen Weisung zur schieds-
4
richterlichen Entscheidung mit den Spaniern strittiger Fragen durch die Generalstaaten; je-
5
doch Zurückhalten dieser Eröffnung bis nach der Einigung über die meisten und wichtigsten
6
Verhandlungspunkte beabsichtigt; Gründe dafür. Bestätigung der übermittelten Nachrichten
7
aus Flandern durch in Münster eingegangene konforme Berichte. Gewinn Mont-Cassels.
8
Forderung der Abtei Corbie nach Restitution entfremdeter Güter (Beilage 1). Vertrag mit
9
Spanien: Warten auf Anweisung zur Abfassung des Portugal-Artikels; Probleme bei der For-
10
mulierung der Klausel zur Unterstützung der Verbündeten; Widerstand der Spanier gegen
11
den in Paris ausgearbeiteten Formulierungsvorschlag wahrscheinlich; Begründung von Lon-
12
guevilles Fassung der Klausel; beabsichtigte Regelung zu Herzog Karl IV. von Lothringen in
13
einem separaten Artikel. – Antwort auf nr. 233: Vergebliches Drängen Longuevilles bei
14
Contarini auf ein Zertifikat der Mediatoren zum französischen Recht auf Unterstützung
15
Portugals. Nur im Notfall Gebrauch der Ermächtigung zum Verzicht auf einen Waffenstill-
16
stand in Portugal. Erörterung Longuevilles mit Contarini über den spanischen Türkenkriegs-
17
vorschlag ; bis zur näheren Anweisung aus Paris Ablehnung von Verhandlungen hierüber.
18
Besprechung über den französischen Gesamtentwurf für den Friedensvertrag mit Spanien
19
von Artikel 20 bis zu seinem Ende zwischen Longueville und den Mediatoren; nach deren
20
Einschätzung Abschluß mit Spanien bei Annahme des Artikels zur Unterstützung der Ver-
21
bündeten als Lösung der Portugalfrage möglich; Forderung Longuevilles nach Erweiterung
22
von Artikel 21 um die französische Forderung auf Überlassung aller zum Zeitpunkt des Aus-
23
tausches der Ratifikationen gehaltenen Plätze; Erörterung über die von Frankreich gefor-
24
derte Verpflichtung Spaniens auf dessen Einsatz für das Zustandekommen einer italienischen
25
Fürstenliga und über die jeweiligen Standpunkte bezüglich des Zeitpunktes der Restitution
26
der Eroberungen an die italienischen Fürsten; Erklärung Longuevilles zum Waffenstillstand
27
in Katalonien und zur Lösung der Grenzfragen (Tausch spanischer Orte in Katalonien gegen
28
französische in der Toskana und den Niederlanden); Übergabe des französischen Article pour
29
le duc Charles de Lorraine an die Mediatoren. Konferenz Longuevilles und d’Avaux’ mit
30
jenen; weiterhin Unnachgiebigkeit der Spanier in Sachen Portugal; angebliche Abreisepläne
31
Peñarandas; deren Begrüßung durch die Franzosen. – Zu den Verhandlungen in Osnabrück:
32
völliger Umschwung im Verhalten der Schweden nach Ankündigung der Abreise Trautt-
33
mansdorffs ; deren kurzzeitiger Aufschub auf schwedischen, durch Krebs übermittelten
34
Wunsch; sofortige Abreise Trauttmansdorffs nach Erhalt des schwedischen Friedensvertrags-
35
entwurfes vom 24. April 1647. Teilweise Distanzierung der Schweden von den Forderungen
36
in ihrem Entwurf unter Hinweis auf dessen öffentliche Funktion; Signalisierung ihrer Bereit-
37
schaft zum Nachgeben. Ausnutzen ihrer Konzessionswilligkeit zu Verhandlungen über Os-
38
nabrück ; schwedischer Vorschlag einer nach dem Tode Wartenbergs zwischen den Katholi-
39
ken und den protestantischen Mecklenburgern alternierenden Landesherrschaft; französische
40
Einwände. Trennung der Protestanten in zwei Parteien. Teilweise Einigung in Sachen hes-
41
sen -kasselische Satisfaktion und Marburgische Erbfolge; noch ausstehende Übereinkunft
42
über die für die Landgräfin vorgesehenen Territorien und finanziellen Leistungen. Keine
43
Berücksichtigung des Pfalzgrafen Eduard im Abkommen über die Pfalzfrage, aber kurbaye-
44
rische Pension für ihn erhalten. Oxenstierna steht trotz seiner schroffen Verhandlungsweise
45
in beständiger Treue zum französischen Bündnis. Versuch des französischen Gebietserwerbs
46
im Elsaß oder Breisgau anläßlich der Verhandlungen über die schwedische Militärsatisfak-
47
tion beabsichtigt; deren Lösungsmöglichkeit.

48
C’est avec très grande prudence qu’on nous ordonne par le mémoire du 6
49
de ce mois

51
Nr. 209.
|:de remettre à l’arbitrage de Messieurs les Estatz les poinctz
50
desquelz on se peut relascher:|, ce moien estant fort propre à |:prévenir

[p. 1169] [scan. 349]


1
l’artifice des Espagnolz dans l’apparente defférence qu’ilz veullent rendre
2
ausdictz Sieurs les Estatz:|.

3
Mais afin de nous en servir selon l’intention de Leurs Majestez et d’en
4
tirer le proffit et l’avantage qui se peut, nous |:attendrons de faire cette
5
ouverture:| dans le temps où elle ne pourra produire qu’un bon effect,
6
c’est-à-dire quand |:on sera convenu de la plus grande partie des poinctz
7
et des plus inportans, et que l’on sera d’accord aussy de la manière qu’ilz
8
doibvent estre expliquez et couchez dans le traicté:|. D’autant que sy |:les
9
plénipotentiaires d’Espagne cognoissoient dès à présant que nous eussions
10
ce dessein, ilz disputeroient sur tous les articles afin de laisser indécis:| ce
11
qui est à leur désavantage, ou pour le moins, |:s’ilz n’osoien〈t〉 contester
12
la substance des choses desjà accordées pour n’attirer sur eulx un blasme
13
entier, ilz formeroient des desbats sur la façon de l’exprimer:|, espérans
14
que dans la quantit〈é〉 des différens |:remis à l’arbitrage de Messieurs les
15
Estatz, ou ilz auroient la décision à leur proffict et gaigneroient tousjours
16
autant, ou que si nous refusions de nous accomoder aux tempéremmens
17
que lesdictz Sieurs Estatz pourroient proposer, nous les désobligerions:|.
18
Et il leur seroit d’autant plus facile de parvenir à ceste fin qu’ils y seroient
19
|:secondez par les Médiateurs:| qui ne cherchans qu’à presser et diligenter
20
les affaires, |:rejetteroient bien volontiers tout ce qui recevra quelque dif-
21
ficulté à l’arbitrage susdict:|. Mais quand nous aurons icy |:réglé les
22
poinctz principaux et qu’il n’en restera que d’autres de moindre consé-
23
quence , alors remettant le tout aux Provinces-Unies:|, il est sans doute
24
que l’on ostera aux |:Espagnolz le moyen par lequel ilz nous prétendoient
25
nuire:|, et qu’on évitera, en mesme temps, le |:hazard des résolutions qui
26
se pourroient prendre dans les Provinces contre ce qu’elles doibvent à
27
leurs alliances

40
Vgl. die frz.-ndl. Allianzverträge vom 8. Februar 1635 und vom 1. März 1644; vgl. des
41
weiteren den frz.-ndl. Subsidienvertrag vom 15. April 1634 (Textnachweise in Anm. 34
42
zu nr. 2).
:|, quand elles verront qu’il ne tiendra plus |:qu’à elles que
28
les affaires ne se terminent de tout poinct:|, estant à croire que |:si la ga-
29
rentie n’est ajustée plus tost, elles s’i porteront allors d’autant plus volon-
30
tiers :| que ce sera la seule chose qui restera |:pour empescher la conclusion
31
finalle du traicté:|.

32
Tous les advis que l’on a icy de Flandres se rapportent à ceux que Leurs
33
Majestez en ont eu. L’on mande que les ministres d’Espagne qui sont à
34
Bruxelles ont tesmoigné jalousie de la joie que les Flamans ont faict pa-
35
restre à l’arrivée de l’archiduc.

36
La dépesche du *** de ce mois

43
Vgl. nr. 225 vom 15. April 1647.
sert de response à ce qui est dans le mé-
37
moire du 12

44
Nr. 215.
|:touchant le Mont-Cassel:|. Le temps qui doit passer |:entre
38
la signature des articles et la délivrance des ratiffications donnera moyen
39
d’acquérir et de conserver cette place à la France:|.

[p. 1170] [scan. 350]


1
Nous avons faict dresser la demande de la restitution des biens aliénés de
2
l’abbaïe de Corbie

40
Vgl. Beilage 1.
sur le mémoire qui nous a esté envoie

41
Beilage 2 zu nr. 215.
. Les Média-
3
teurs ont promis de s’y emploier avec affection. Mais il seroit bien à pro-
4
pos de spécifier les choses un peu plus qu’elles ne le sont dans ledict mé-
5
moire .

6
Nous espérons que par le premier ordinaire nous aurons response à ce
7
que moy, duc de Longueville, ay mandé |:touchant le point du Portugal
8
et la façon dont on peut convenir qu’il soit exprimé au traicté

42
Vgl. nr. 225.
:|. L’on aura
9
veu de quelle sorte |:les Médiateurs l’ont couché et ce que j’y ay remar-
10
qué

43
Vgl. Beilage 1 zu nr. 225.
pour approcher davantage:| du sens et de l’intention de Leurs Majes-
11
tez . Je ne me suis lié ny obligé à rien, ayant remis à résoudre l’article
12
quand j’aurois conféré avec mes collègues.

13
Nous voyons trois inconvéniens à éviter, qui sont très prudemment ob-
14
servés dans ladicte dépesche du 12 e . Le premier est que par le mot d’« at-
15
taque » on ne puisse entendre l’entreprise d’une nouvelle guerre, et non
16
pas la continuation de celle qui se faict à présent contre le Portugal.

17
Le 2, que l’on ne puisse réduire l’assistance que la France donnera au Por-
18
tugal à une |:simple deffense en sorte que si avec les armes de Sa Majesté,
19
l’on entreprenoit sur les païs et places du roy catholique:|, on pust inférer
20
de là une infraction du traict〈é〉.

21
Le 3 e , que ce qui sera convenu pour l’assistance du Portugal en termes
22
ainsy généraux, ne puisse estre interprété pour |:donner liberté au roy
23
d’Espagne de donner les mesmes assistances au duc Charles contre nous:|.
24
Pour remédier au premier inconvénient, il nous est mandé très à propos
25
d’ajouster aux motz «d’amis ou alliés qui seront attaqués» ceux-cy: «ou
26
|:qui continueront à l’estre»:|. Sy cela |:se peut obtenir:|, il n’y aura plus
27
aucune [!] doute, ceste clause ne pouvant estre expliquée que du Portugal,
28
|:mais c’est pour la mesme raison que nous craignons d’i trouver grande
29
opposition de la part des ministres d’Espagne:| qui se sont tousjours dé-
30
clarés de ne pouvoir |:admettre au traicté ny le mot de «Portugal» ny une
31
expression équivalente qui ne puisse estre adaptée à un autre royaume ou
32
Estat:|. Nous essayerons de faire s’il se peut que les motz susdictz soient
33
ajoustés, |:mais pour dire le vray, il n’y a guères d’espérance de le pouvoir
34
obtenir:|. Et comme il a souvent esté mandé

44
Vgl. nr.n 210, 225 sowie, mit Blick auf die Waffenstillstandsforderung, nr. 236.
, il ne |:paroist pas que ce
35
poinct puisse estre surmonté:|. Aussy ne nous semble-il pas que par ces
36
motz «d’amis ou alliez qui seront attaqués» |:le Portugal

39
36 ne] nicht dechiffriert.
ne soit suffisa-
37
ment désigné:|, estant certain que les Médiateurs et toutte l’assemblée, et
38
par conséquent toutte l’Europe sçait que ceste clause de pouvoir assister

[p. 1171] [scan. 351]


1
les alliés attaquez, n’a esté insérée dans l’article second qui parle du res-
2
tablissement de la paix

43
Vgl. Beilage 1 zu nr. 225, hier in der Kopie AE , CP All. 88 fol. 64–64’.
, que pour réserver à la France la liberté de secou-
3
rir les Portugais sans contrevenir au traicté.

4
J’ay faict changer les motz que les Médiateurs avoient mis: «en cas de leur
5
défense seulement», en ces autres: «quand ils seront attaqués», pour obvier
6
au deuxiesme inconvénient, et afin que |:les trouppes auxilliaires que l’on
7
envoyera au roy de Portugal puissent estre employées non seullement
8
dans ce royaume-là, mais encor dans ceux du roy de Portugal [!] :| quand
9
on sera obligé d’y |:transporter la guerre:|, qui est un droict commun et
10
une pratique qui n’a jamais esté mise en doute, puisque sans avoir recours
11
aux exemples plus anciens, dans les secours que la France a donné sy
12
longtemps à Messieurs les Esta〈tz〉, les régimens françois n’ont pas esté
13
seulement emploiés en la défense de leurs places, mais encor au siège et à
14
la prise de celles que lesdictz Sieurs Estatz ont occupé sur l’Espagne, et
15
que le mesme s’est faict dans l’Italie et dans l’Alemagne, avant la rupture
16
entre les deux couronnes. Ainsy, il semble qu’autant que l’on peut |: pour-
17
voir aux choses dans des termes généraux, il y est pourveu par cette façon
18
de parler:|.

19
Pour le 3 e qui regarde le duc Charles, nous n’avons pas estimé qu’il fallût
20
y prendre garde de bien près, en cet article second, puisqu’il y en doit
21
avoir un formel et particulier par lequel le roy d’Espagne s’obligera de
22
ne donner aucune assistance à ce prince.

23
Ce que dessus est en response des deux premiers mémoires. Après avoir
24
receu celuy du 19

44
Nr. 233.
j’ay cru devoir renouveller mes instances envers les
25
Médiateurs pour les convier à nous donner un certificat que la clause qui
26
permet d’assister les alliés a esté mise en considération du Portugal. Mon-
27
sieur le Nonce estant indispos〈é〉, j’ay veu monsieur Contareny seul, au-
28
quel j’ay représenté touttes les raisons très fortes et très judicieuses qui
29
sont dans ledict mémoire, luy faisant voir que ce que nous demandons
30
importe à son Estat, et à tous les princes amateurs de la paix autant et
31
plus qu’à la France, qui ne cherche en cela que les moiens d’assurer le
32
repos de la chrestienté.

33
Mais je n’ay eu autre response sinon que les ministres d’Espagne n’y con-
34
sentiront jamais, et que sans leur consentement les Médiateurs ne peuvent
35
nous délivrer aucun escrit.

36
Je n’ay pas manqué de luy dire que la première proposition venoit du
37
sieur Paw, et que vraysemblablement il avoit veu les Espagnols disposés
38
à y consentir.

39
Il a répliqué qu’il n’a point reconnu en eux aucune semblable disposition;
40
que lorsque Paw l’a mise en avant, on ne parloit pas de mettre dans le
41
traicté aucune clause, comme il a esté accordé depuis, qui est, dict-il, une
42
seureté plus grande, et qui, à son advis, seroit mesme affoiblie, plutost que

[p. 1172] [scan. 352]


1
confirmée par ladicte certification; laquelle estant hors du traicté et en
2
l’absence de l’une des parties, ne peut jamais estre sy valable qu’un article
3
concerté et résolu d’un commun accord, le certificat ne produisant autre
4
effect que de monstrer qu’il y auroit eu du doute à l’explication d’iceluy.
5
A quoy ledict sieur Contareny ajouste que la liberté que la France se ré-
6
serve d’assister le Portugal estant notoire comme elle est, les Espagnolz
7
peuvent avec autant de fondement et de justice manquer à tous les autres
8
poincts du traicté comme ils peuvent révoquer celuy-là en doute, n’y
9
ayant rien d’assuré contre ceux qui veulent manquer à leurs promesses et
10
à la foy publique.

11
Pour l’autre poinct qui concerne la cessation des hostilitez, |:encor que
12
Leurs Majestez, par le grand désir qu’elles ont de la paix, nous ayent
13
bien voulu donner le pouvoir de nous en despartir, nous ne le ferons
14
qu’à toute extrémité, et pour essayer d’en tirer d’autres avantages:|.

15
Je n’ay pas oublié aussy de représenter audict sieur Contareny les raisons
16
contenues audict mémoire touchant la proposition faicte par les Espa-
17
gnols de |:fournir une fois autant de forces contre le Turc qu’il plaira à
18
Leurs Majestez d’i contribuer de leur part:|. Je luy ay faict voir qu’ en-
19
voyant |:au loing les forces maritimes:|, c’estoit se priver du moien que
20
l’on a de secourir le Portugal, lequel pourroit estre facilement attaqué
21
par le roy d’Espagne du costé de la terre, encor que ledict roy eût envoié
22
ses |:vaisseaux et ses forces de mer contre le Turc:|.

23
Il a répliqué que ceste raison auroit lieu sy l’on prétendoit obliger la
24
France à se desgarnir entièrement de ses forces sur la mer, mais qu’on
25
laissoit à l’entière liberté de Leurs Majestez de déterminer |:quel secours
26
il leur plairoit envoyer à cette entreprise:|, non seulement pour la quantité,
27
mais encor pour la manière d’agir et la qualité des trouppes, soit que
28
|:Leurs Majestez volussent prendre part ouvertement dans l’entreprise ou
29
que ce qu’elles auroient agréable d’y contribuer fust sous le nom et soubz
30
la banière de la république de Venise:|. Que de ceste sorte, l’on se pourra
31
réserver autant de vaisseaux que l’on jugera nécessaires au dessein que
32
l’on a de secourir le Portugal, et y transporter des trouppes, à quoy le
33
roy de Portugal qui est puissant sur la mer donnera facilité de sa part.
34
Que sy l’on veut entendre à ceste proposition, l’on peut, dict-il, sy bien
35
|:lier le roy d’Espagne entre:| cy et le temps qui se doit escouler jusqu’à ce
36
que les ratifications soient délivrées, qu’il n’aura pas |:moien de faire au-
37
cune surprise ny de manquer à ce qu’il aura promis, et qu’en cella les
38
Médiateurs nous y aideroient:| avec d’autant plus de soing qu’ilz recon-
39
noissent que l’intérest de leurs maistres y est tout entier.

40
Nous croyons bien que ledict sieur Contareny faict ce discours adroicte-
41
ment |:pour parvenir à ses fins et procurer en toutes façons du secours à sa
42
république:|; que s’il ne laisse pas de remettre ceste proposition sur le tapis
43
comme il y paroist fort affectionné, nous serons bien aises de sçavoir
44
|:quelle response on luy devra faire. Cependant nous dirons que c’est

[p. 1173] [scan. 353]


1
une affaire qui n’a rien de comun avec ce traicté et que la France fera
2
tousjours en cella plus qu’elle ne promet:|.

3
Nous avons parcouru, lesdictz Sieurs Médiateurs et moy, duc de Longue-
4
ville , tous les articles du project depuis le 20 e jusqu’à la fin

37
Art. 20–71 und Geheimart. des frz. Gesamtentwurfes für den Friedensvertrag mit Spa-
38
nien , den ndl. Ges. praes. 1647 Januar 25 (vgl. nr. 86 mit Anm. 7 und nr. 88), in der Kopie
39
AN K 1336 nº 43 fol. 4–18.
. Il paroît
5
tousjours à leurs discours |:que l’on en pourra convenir pourveu qu’on
6
se contente au faict du Portugal de la faculté de l’assister ainsy:| qu’elle
7
est couchée dans l’article 2 que j’ay envoié

40
Vgl. Anm. 10.
.

8
J’ay déclaré aux Médiateurs et les ay prié d’ajouster à l’article 2〈1〉, qui
9
est celuy des conquestes

41
Vgl. dazu den letzten frz. Textvorschlag des Art. 21 des Gesamtentwurfes für den Frie-
42
densvertrag mit Spanien (s. Anm. 12), in der Kopie AN K 1336 nº 43 fol. 4’–6.
, que nous prétendions retenir non seulement les
10
lieux présentement occupés par les armes du Roy, mais encor tous ceux
11
qui seront possédés lors de l〈a〉 délivrance des ratifications et cessation
12
des hostilitez en quelques endroicts qu’ils puissent estre scitués.

13
Il a esté parlé ensuitte de la ligue des princes d’Italie

43
Vgl. ebd. Art. 39–40, in der Kopie AN K 1336 nº 43 fol. 12–12’.
. Et comme ils ont
14
déclaré que quant à eux, ils n’avoient aucun pouvoir d’en convenir, et que
15
l’instance s’en devoit fair〈e〉 de la part de Leurs Majestés à Rome et à
16
Venise, 〈j’ay〉 dict que nous désirions que le roy d’Espagne s’obligeât
17
par le traicté de la procurer comme nous; et de là j’ay faict tomber le
18
propos sur ce que les ministres d’Espagne nous avoient faict dire par les
19
Holandois que jusqu’à ce que |:ladicte ligue fust résolue, ilz entendoient
20
demeurer en possession de Verçail et des autres places qu’ilz tiennent, ce
21
que lesdictz Sieurs Médiateurs ont dict:| avoir sceu et jugé en mesme
22
temps que |:la France, pour avoir subject d’en faire autant de celles qu’elle
23
occuppe, n’y apporteroit pas grande opposition:|.

24
Je leur ay faict sçavoir qu’en ce cas nous entendions que les princes à qui
25
les places appartiennent, seroient remis dès à présent en la jouissance de
26
tous leurs droictz et revenus, et que l’on limiteroit un temps dans lequel
27
on pourroit tomber d’accord des conditions de ladicte ligue, pour faire
28
ensuitte la restitution des places.

29
Ce discours s’est passé |:assés doucement entre nous:|, et il m’a paru que le
30
sentiment desdictz Sieurs Médiateurs est que sy les princes d’Italie ont |:à
31
se plaindre du retardement de la restitution desdictes places, le blasme en
32
doit estre imputé à l’Espagne qui en a faict la proposition, et non à la
33
France:|.

34
Nous sommes après venus aux conditions de la trefve de Catalogne

44
Vgl. ebd. Art. 25–33, in der Kopie AN K 1336 nº 43 fol. 6’–8’.
. J’ay
35
cru que c’estoit |:le temps propre à leur faire les déclarations:| dont nous
36
avons cy-devant eu les ordres de la cour

45
Zuletzt in nr. 215.
, estimant qu’elles se |:pouvoient

[p. 1174] [scan. 354]


1
faire sans aucun préjudice:| et qu’on en peut tirer avantage, |:tant envers
2
les Catalans que les Hollandois, et encor vers les princes d’Italie:|.

3
Pour éviter les difficultés de régler les limites de ce qui doit demeurer à
4
chacun pendant la trefve, j’ay proposé l’eschange de Tarragonne et Agger
5
avec Flix

36
Flix, stark befestigte Stadt und Schloß in Katalonien, bei Tortosa am Ebro gelegen ( Zed-
37
ler
IX, 1249f.; Sanabre , passim).
et Miravet

38
Miravet, Kastell in Katalonien, am Ebro gelegen ( Zedler XXI, 426; Sanabre , passim).
. J’ay encor faict une autre proposition

39
Vgl. Beilage 2.
pour la
6
séparation des limites sy on ne peut convenir de l’eschange, le tout en
7
conformité du mémoire du sieur de Marra

40
Beilage 2 zu nr. 61.
.

8
Et en 3 e lieu, j’ay offert de donner au roy d’Espagne, pour ce qui luy reste
9
dans la principauté de Catalogne, les places de Toscane, et encor d’autres
10
au Païs-Bas.

11
J’ay prié Messieurs les Médiateurs de faire lesdictes ouvertures par degrez,
12
et leur ay laissé un escrit semblable à celuy dont la copie sera cy-joincte,
13
non pour le communiquer aux Espagnols, mais pour leur servir de mé-
14
moire seulement. Ils ont bien tesmoigné, en le recevant, que |:nous nous
15

35
15 engagions] im Klartext: engagagions [!].
engagions à bon marché, estans bien asseurez que le parti que nous of-
16
frions ne sera pas receu:|.

17
Je leur ay de plus donné l’article du duc Charles

41
Beilage 1 zu nr. 144.
, et ayans releu avec eux
18
tous les autres, je n’ay pas veu qu’ils y ayent faict |:des difficultez qui ne se
19
puissent accomoder, si ce n’est sur ceux où nous avons pouvoir de nous
20
relascher:|.

21
C’est tout ce qui s’est passé ceste sepmaine sinon que depuis le retour de
22
moy, d’Avaux, d’Osnabrug, lesdictz Sieurs Médiateurs nous ont veu après
23
avoir esté le matin en conférence avec les ministres d’Espagne

42
Chigi besuchte die Franzosen am 27. April 1647 von drei bis sechs Uhr nachmittags ( APW
43
III C 1.1, 345).
. Ils ont
24
continué à dire encor plus fortement que jamais que sy nous persistions
25
à vouloir une suspension pour le Portugal, il n’y avoit aucun moien d’ en-
26
trer en traicté, et quand nous leur avons demandé sy |:en nous contentant
27
de ce qui est dans l’article second

44
Vgl. Anm. 10.
pour la faculté d’assister ce royaume-
28
là , ilz ne nous donneroient pas un certifficat comme cette clause-là s’ en-
29
tend du Portugal:|, ils ont respondu que sans le |:consentement des minis-
30
tres d’Espagne, ilz ne le pouvoient faire et qu’à leur opinion, jamais ilz n’y
31
consentiroient:|. Ils ont ajousté que le comte de Pennaranda pressoit la
32
résolution sur ces deux poincts, et faisoit parestre |:quelque dessein de se
33
retirer de l’assemblée:|, et monsieur Contareny a dict que le bruict estoit
34
que le marquis de Castel-Rodrigo avoit escrit

45
Das Schreiben wurde nicht ermittelt.
|:audit Penaranda qu’il

[p. 1175] [scan. 355]


1
devoit retourner à Bruxelles et qu’il prenoit sur soy de le faire trouver
2
bon au roy leur maistre, attendu tous les devoirs où il s’estoit mis pour
3
sortir d’affaires:|.

4
A quoy nous avons reparty que ce seroit un bonheur à la France sy elle
5
estoit obligée de pousser ses avantages et de se servir de la plus belle oc-
6
casion qui se présentera jamais d’estendre ses frontières aux despens d’une
7
maison qui a usurpé tant d’Estatz sur elle.

8
Quant aux affaires d’Osnabrug, celuy

33
D’Avaux.
de nous qui en est de retour n’y a
9
demeuré que trois jours depuis avoir escrit ce qui s’y passoit par le mé-
10
moire du 22

34
Nr. 237.
. Pendant ce peu de temps, il a remarqué |:des mouvemens
11
bien différens en la conduitte des ambassadeurs de Suède. Ilz traictoient
12
avec hauteur et lenteur en toutes choses:| lorsque le comte de Trautmans-
13
dorff prist résolution de venir icy. A ce bruict, les voilà bien resveillés, ils
14
se mettent en peine de l’arrester, et ne le pouvan〈s〉 faire, |:ilz se

32
14 laissent] im Klartext fälschlich: laisser.
laissent
15
aller à des plainctes et des emportementz estranges:|, comme sy après un
16
séjour de quatre mois qu’il avoit faict à Osnabrug, ils prenoient son par-
17
tement pour une rupture.

18
Il ne laisse pas de leur dire adieu, ensuitte de quoy ils luy rendent la visite
19
sans parler d’affaires; du mesme pas ils viennent chés monsieur de La
20
Court, où ils furent très aises de voir à la porte le carrosse de monsieur
21
Krebs comme une personne propre à leur dessein, qui estoit encores de
22
faire demeurer Trautmansdorff sans qu’il parust que ce fust à leur in-
23
stance . Krebs s’estant retiré pendant que nous allasmes recevoir ces mes-
24
sieurs , ils demandent avec soing pourquoy il s’en va, et dirent que nous
25
pouvions bien estre tous ensemble. Il revient, monsieur Oxenstiern le car-
26
resse , et puis faict rapport de ce qui s’estoit passé ce jour-là chez luy et
27
chés le comte de Trautmansdorff, non sans marquer la précipitation de ce
28
voiage, lorsque le project de la paix

35
Die Schweden legten den Kaiserlichen im April 1647 zwei Fassungen ihres IPO vor, und
36
auch jene händigten eine solche aus. Vgl. 1) IPO/S, [den ksl. Ges. praes. Osnabrück 1647
37
März 29]; Druck: Meiern V, 457 –468, fälschlich auf 1647 April 14[/24] datiert; zur ksl.
38
Überlieferung vgl. APW II A 6 Beilage D zu nr. 8. – 2) IPO/S, [den ksl. Ges. praes.
39
Osnabrück 1647 April 24]; zur ksl. Überlieferung vgl. APW III C 2, 836 Anm. 1; frz.
40
Teilkopien betr. Pfalzfrage, dat. Osnabrück 1647 April s. die: AN K 1335 nº 79 (lat., mit
41
frz. Marginalien); AN K 1335 nº 80 (lat., mit Godefroys eigh. Entwurf der frz. Margina-
42
lien ); vgl. auch Meiern IV, 487 ff., 490–493 (zu beiden Entwürfen vgl. Repgen , Regelun-
43
gen , 688f.). – 3) IPO/K, den schwed. Ges. praes. [Osnabrück] 1647 April 17; zur ksl. Über-
44
lieferung vgl. APW II A 6 Beilage 1 zu nr. 39, zur Aushändigung das Protokoll Kranes
45
vom selben Tage (Druck: ebd. Beilage 2).
est sur le tapis; monsieur Krebs en-
29
tend à demy-mot, offre d’aller sur l’heure le convier de ne partir pas sy
30
promptement, et dit mesmes qu’il ne croyoit pas d’estre refusé pourveu
31
qu’il pust luy porter parole de la part des ambassadeurs de Suède, que son

[p. 1176] [scan. 356]


1
séjour ne seroit pas sans fruict. Lors ils nous tirent à part, monsieur de La
2
Court et moy, d’Avaux, pour nous faire entendre qu’ils ne pouvoient pas
3
prier monsieur de Trautmansdorff de demeurer; nous respondismes que
4
nous ferions volontiers cet office, à condition néantmoins qu’estant pressé
5
d’aller à Munster, sy je retardois encor mon partement de deux ou trois
6
jours, ce seroit pour conclurre au moins les poincts principaux.

7
Ils y tesmoigne〈nt〉 une disposition toutte entière, et la confirment à
8
monsieur Krebs, qui va aussytost chés le comte de Trautmansdorff, le
9
dispose à demeurer, et l’assure que le lendemain matin, il auroit le project
10
de la paix comme les Suédois l’ont dressé. Le comte dict que cela estant, il
11
seroit à propos de nous voir tous ensemble dez l’après-disnée, au logis de
12
monsieur de La Cou〈rt〉 ou de monsieur Oxenstiern, afin que l’on exa-
13
minât chaque article, et que l’on y prît une résolution finale. Après quel-
14
ques civilités entre les Suédois et nous, qui ne voulusm〈es〉 pas leur don-
15
ner la peine de revenir encores au mesme lieu, la conférence est arrestée
16
pour deux heures après midy, chez monsieur Oxenstiern.

17
Mais le comte de Trautmansdorff ayant depuis receu leur project

39
IPO/S, [den ksl. Ges. praes. Osnabrück 1647 April 24] (s. Anm. 28); zur Übergabe an die
40
ksl. Ges. und deren Reaktion vgl. Oxenstierna und Salvius an Kg.in Christina, Osnabrück
41
1647 April 19/29 (Druck: APW II C 3 nr. 204); Lamberg, Volmar und Krane an Ferdi-
42
nand III., Osnabrück 1647 April 25 (Druck: APW II A 6 nr. 46); APW III C 2, 836 Z.
43
33–38.
, en fut
18
tellement rebuté qu’il ne voulut plus de conférence, et leur manda par le
19
sieur Krane que sy tout le conseil de l’Empereur et toutte son armée es-
20
toient prisonniers à Stokolm, l’on ne pourroit pas proposer d’autres con-
21
ditions . Il me fist faire les mesmes plaintes, et partit deux heures après
22
pour venir coucher à my-chemin.

23
Ceste promptitude surprit de nouveau ces messieurs |:et certainement ilz
24
en furent plus traictables, non seullement avec:| les Impériaux qui restè-
25
rent à Osnabrug, mais aussy avec nous. Ils ne feignirent point d’avouer
26
que ce project estoit dressé pour estre veu, qu’il leur importoit de faire
27
parestre qu’ils y ont mis touttes choses à l’avantage de leurs alliés et adhé-
28
rans , mais que ce n’estoit pas leur intention d’en demeurer là. Bref, ils
29
firent des excuses, et ne sceurent plus celer le desplaisir qu’ils avoient de
30
l’absence de monsieur de Trautmansdorff. En effect, ils tombèrent d’ ac-
31
cord avec les Impériaux de la préface et des trois ou quatre premiers ar-
32
ticles du traicté

44
Vgl. dazu Lamberg, Volmar und Krane an Ferdinand III., Osnabrück 1647 April 25
45
(s. Anm. 29).
, et tesmoignèrent qu’ils apporteroient facilité au reste,
33
|:mais nous craignons qu’ilz ne reviennent à leur naturel:|, et attendons
34
curieusement ce que monsieur de La Court nous en mandera.

35
Tousjours avons-nous proffité de ceste première esmotion où les mît la
36
retraicte dudict comte, car nous ayant servy pour les convaincre qu’ils
37
rebuttoient les plus patiens, ils dirent que la couronne de Suède consent
38
que par la paix monsieur d’Osnabrug rentre en la possession de son éves-

[p. 1177] [scan. 357]


1
ché pourveu que son successeur soit un prince de Mekelbou〈rg〉 et qu’à
2
ce protestant succède un catholique, et ainsy à perpétuité. Nous remon-
3
strasmes les inconvéniens de ce partage ou de ceste alternative, et que cela
4
seroit tout contraire à l’alliance

41
Vgl. Anm. 22 zu nr. 11 und Anm. 14 zu nr. 114.
, aussy bien qu’à la réputation des deux
5
couronnes, puisqu’après avoir tousjours déclaré d’avoir pris les armes
6
pour le restablissement de la liberté germanique, elles l’auroient oppri-
7
mée , en ce que le chapitre d’Osnabrug à qui appartient le droict d’eslire
8
les évesques, et qui en a jouy de tout temps sans aucune interruption,
9
seroit forcé de recevoir ceux que l’on propose. Nous dismes aussy que
10
l’évesché de Lubek

42
Hst. Lübeck, geistliches Reichsft., seit 1535 ev.; seit 1586 Adm. en aus dem fürstlichen
43
Hause Holstein-Gottorp, 1634 Adm. Hg. Johann von Holstein-Gottorp (1606–1655, 1640
44
F. in Eutin) ( Grote nr. 388, 508; Metzler ; Prange ).
qui est desjà entre les mains des protestans est plus
11
proche et plus commode au duc de Mekelbourg, et qu’au fonds les deux
12
électeurs protestans, plusieurs autres princes de la mesme religion, et
13
touttes les villes impériales acquiescent à la résolution des Impériaux tou-
14
chant les griefs, et se tiennent pour contens.

15
De vray, quand je suis party d’Osnabrug, il se formoit un schisme con-
16
tr ’eux; d’un costé estoient Saxe, Brandebourg, Altenbourg, Weymar, Ku-
17
lenbach , Auspach, Wirtemberg, Darmstat, Holstein, tous les comtes et
18
touttes les villes, et de l’autre estoient Magdebourg, Lunebourg, Mekel-
19
bourg et Durlach; les Hessiens se sont tenus neutres. Ceste division avoit
20
passé jusques |:dans l’ambassade de Suède, monsieur Oxenstern s’estant
21
déclaré ouvertement en faveur de ceux qui se sont séparez du plus grand
22
nombre, et monsieur Salvius ayant pris l’autre parti:|. Nous ne sçavons pas
23
ce qui sera arrivé depuis.

24
La veille de mon partement, les Impériaux, Suédois et Hessiens s’ assem-
25
blèrent chés monsieur de La Court. Nous y arrestasmes beaucoup de cho-
26
ses au contentement de Madame la Landgrave, et mesmes en l’affaire de
27
Marpurg, mais l’on ne put convenir touchant les terres et la somme d’ ar-
28
gent qu’elle demande, car à présent ses députés prétendent l’un et l’autre;
29
cela fut remis à une autre délibération.

30
Dans l’accommodement de l’affaire palatine, il ne fut rien obmis pour
31
obtenir quelques bailliages du Haut-Palatinat au prince Edouard, mais
32
tout le monde y a esté contraire, et en cela les Suédois et Bavarois se
33
sont trouvés bien d’accord. Monsieur Oxenstiern me dist nettement ne
34
pouvoir permettre qu’on fist la condition d’un cadet et d’un catholique
35
meilleure que de ses frères, et monsieur Salvius me conseilla de laisser
36
une proposition qui seroit à leur honte. Ainsy ne pouvant mieux, je stipu-
37
lay de monsieur Krebs que le prince Edouard auroit une pension de dix
38
mille risdalles par an, et enfin je fus contrainct de me réduire à six mille
39
qui seroient sy bien assignés que le paiement en fust certain. Quand ledict
40
sieur Krebs sera en France avec autres ambassadeurs de Bavières, il ne

[p. 1178] [scan. 358]


1
sera pas sy malaisé de faire convertir ce revenu en fonds de terre pourveu
2
que monsieur de Croissy ayt ordre de poursuivre la mesme chose en
3
mesme temps.

4
Ce que j’ay mandé |:de l’humeur de monsieur Oxenstern et du change-
5
ment que l’on y a veu d’une sepmaine à l’autre:| ne regarde que sa manière
6
de traicter et les difficultez qu’il faict volontiers à touttes choses. Car
7
pour l’union des deux couronnes, il est constant de ce costé-là, et ne se
8
desplaît que de ne pouvoir pas tousjours |:donner la loy aux alliez aussy
9
bien qu’aux ennemis:|.

10
Lorsque l’on traictera de la satisfaction de la milice de Suède, |:nous ne
11
perdrons pas l’occasion d’acquérir ce qui seroit à la bienséance de l’Alsace
12
ou de Brisac si elle se présente:|. Mais la pensée est de distribuer les régi-
13
mens en divers quartiers de l’Alemagne avec obligation de chaque cercle
14
de satisfaire les trouppes qu’on leur envoyera, sur le pied dont on sera
15
convenu.


16
Beilagen


17
1 Ass.Nat. 277 fol. 436–436’: Article pour ajouster dans le traitté à ceux des particuliers
18
touchant l’abbaye de Corbie, donné aux Médiateurs [à Munster], le 16 e avril 1647

36
Lemma nach einer nicht zeitgenössischen Kopie: AE , CP All. 93 fol. 47–48; Chigi notiert
37
zum 16. April 1647 jedoch keine Zusammenkunft mit einem frz. Ges. (vgl. APW III C
38
1.1, 344).

19
(frz.), Kopie (s.l. s.d.).

20
2 Ass.Nat. 277 fol. 437–438: Propositions faites par monsieur de Longueville touchant les
21
eschanges en Catalogne, [den Mediatoren vermutlich praes. Münster 1647 April 22 oder
22
23]

39
Vgl. die Tagebucheintragungen Chigis zu 1647 April 22, 23 und 25 ( APW III C 1.1, 344f.).
, Kopie; Eingang laut Dorsal, fol. 438’: 1647 Mai 7. – Weitere Kopien: AE , CP All.
23
83 fol. 102–103; AE , CP All. 88 fol. 188–189 (Anlagekopie zum Duplikat für Servien);
24
AE , CP All. 99 fol. 428–429’, auf 1647 April 29 datiert. Druck (it. ÜS): Siri IX, 1283–
25
1285, auf 1647 April 29 datiert.

Dokumente